Breuvages, vins et spiritueux

Si le maotai et le baijiu ont toujours la cote, le vin se taille progressivement une bonne part de marché. Dans les années 80, le « jus de fruit » consistait en du Tang (vous vous souvenez ?) servi chaud. Et il y a le thé, celui qu’on rapporte en quantité industrielle de nos voyages en Chine. Certaines de nos entreprises ont fait leurs classes en Chine et l’attrait du marché joue sa magie.

 

  • La Chine remplace l’Allemagne et le Royaume Uni comme première destination pour le Bordeaux français. Environ 20 millions d’adultes consomment du vin importé sur une base occasionnelle. Comme ce nombre ne représente que 10 % des consommateurs disposant du pouvoir d’achat pour acheter du vin, le marché s’avère très prometteur. Un survol du marché est proposé (Knowledge@Wharton, 6 janvier 2012)
  • Le jus de pomme que consomment les Américains (400 millions de gallons par année) provient principalement de concentrés de fruits en provenance de la Chine. Les autorités américaines ne parviennent pas à faire les contrôles nécessaires pour empêcher les produits contenant de l’arsenic d’être distribués chez nos voisins. Des reportages produits par le Dr Oz discutent de la situation (2011)
  • Yao Ming, la vedette chinoise de la NBA lance sa propre ligne de produits. Les analystes prévoient que le Cabernet de la vallée de Napa pourrait contribuer à une percée du vin américain en Chine (Wine Spectator, 28 novembre 2011)

  • Le Cognac Camus s’aventura en Chine pour sauver l’entreprise. Celle-ci y trouva un renouveau et la possibilité de développer une nouvelle ligne de produits. Le président de l’entreprise discute de comment elle s’y est prise pour en arriver à ce que 50 % de son marché soit maintenant en Asie (incluant la Chine) (Insead Knowledge, 2011)

  • Un portrait de l‘industrie vinicole : 1) l’importance de la vigne, 2) l’habillage des contenants et 3) la distribution. L’article discute de plus des avantages de passer par Hong Kong pour développer le marché chinois  (HKTDC, 26 octobre 2011)
  • Il y a vingt ans, seulement quelques marques de vin étaient disponibles en Chine. L’une d’entre elles, le vin Dynasty, avait recours au  services de Français pour l’aider à s’ajuster aux standards internationaux. Dans les années 90, le gouvernement chinois, souhaitant entre autres détourner ses concitoyens de l’usage de breuvages fortement alcoolisés (Maotai, Baijiu et autres alcools blancs), a largement soutenu le développement de l’industrie vinicole. Aujourd’hui la Chine nous décrit l’explosion du marché des vins. Le marché est vaste – les Chinois consomment 0,5 litres par année, contre 51 litres en France.  Le vin que boivent les Chinois provient à 95 % de la Chine, de vignes qui appartiennent aux paysans (9-2010)

  • Pour répondre à la croissance du marché des breuvages naturels et santé sur ses marchés, Coca-Cola vient de faire l’acquisition de l’entreprise chinoise Huiyan, laquelle produit des jus et breuvages de fruits et légumes. La transaction par une entreprise étrangère, qui s’élève à 2,5 millions de dollars américains, constitue la plus importante de tous les temps en Chine (The Economist, 4 septembre 2008)
  • Selon le site The Price of a Pint , le prix moyen en dollars canadiens d’un demi-litre de bière à Beijing et Shanghai est de 1,68 et 5,17 respectivement. La même consommation coûterait 5,49 à Montréal et 4,98 en moyenne au Canada
  • Les Chinois boivent de plus en plus de vin…. Et beaucoup le font pour leur santé ! Les gens riches apprécient les prestigieuses étiquettes françaises. Les autres préfèrent les productions locales. Les restaurants huppés de la métropole organisent régulièrement des dégustations de vins venus du monde entier (Courrier International, 20-26 septembre 2007)
  • Le gouvernement chinois, souhaitant contrer l’habitude des alcools fort en alcool (Baijiu et Maotai) fait de plus en plus la promotion de la consommation du vin et ce d’autant que le pays constitue lui-même un producteur important du breuvage. Mais attention, les goûts sont différents : le vin sec n’a pas la cote de tous les consommateurs
  • En 2007, juste à Shanghai, le vin de plus de 40 pays se retrouvait en tablette, représentant onze pourcent de la consommation de la métropole. Pour en savoir plus en termes de stratégie de mise en marché, voir un article récent du Hong Kong Trade Development Council
  • Les statistiques publiées par la International Bottled Water Association (IBWA) nous apprennent que la Chine se situe au troisième rang sur le marché de la consommation de l’eau en bouteille, après les États-Unis et le Mexique. En 2007, elle aurait consommé près de 10 pourcent de l’eau embouteillée produite
  • La tradition veut que pour saluer ses invités, l’hôte propose un ganbei en leur honneur. Gan signifie « sec » et bei « verre », soit l’équivalent approximatif de notre « cul sec ». Mais attention au choix de l’alcool : le maotai et le baijiu sont des alcools blancs à 60 % d’alcool et, après le premier toast, l’invité doit retourner la pareille. Les ganbei se poursuivront ainsi jusqu’à l’épuisement des stocks … ou des individus …
  • Selon le 2004 Global Status Report on Alcool de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 3,8 pourcent de la population adulte présenterait une dépendance à l’alcool. Ce pourcentage s’élèverait à 9,3 pourcent pour le Canada
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :